Ce moment tant redouté de la séparation, quand il se présage à l’horizon, on veut tant l’éviter qu’on est prêt à tout. Mais qui aurait pu penser qu’écouter ou faire écouter du Jhene Aiko serait une solution?

Si j’étais le poète Patrick Dabard, je lui dirais :

« Ne t’en vas pas mon tendre amour

Sans toi le ciel est sombre

Et je vois s’étendre sur mes jours

L’immensité de l’ombre.

Ne t’en vas pas ma bien aimée

Comme cette feuille morte,

tombée de l’arbre inanimée

Que le vent d’automne emporte. »

Et ainsi de suite…

Il y’a pourtant plus simple.

Pour accompagner ton speech de reconquête (on s’abstient des raisons qui la poussent à partir) à une époque j’aurais conseillé les vieux R&B de loveurs fauchés des années 90 en fond sonore mais ça ne colle plus.

Il te faut une voix qui va la pénétrer au plus profond d’elle agrémentée d’un tempo des plus nonchalants qui va rendre tes paroles d’excuses les plus douces et les plus positive qui puissent exister.

En gros, un renfort.

Et pour ça j’ai trouvé, comme l’on retrouve un billet de 20 Euros dans son jeans en période de pauvreté absolue au mois de Janvier, la belle Jhene Aiko.

Sa musique est un pain béni pour retenir un être cher.

Faites l’expérience et on en reparle.


Recevez les dernières playlists originales de nos curators et articles.


FRANKLIN A TWITTERINSTAGRAMFACEBOOK